Presentation Danses et Percussions

 I. PRESENTATION

Le département DANSES ET PERCUSSIONS du complexe « LE TROPHET » est une section dans laquelle les apprenants sont initiés aux bases des danses traditionnelles camerounaises (Bikutsi, le Ben skin, l’Essewe). Ils seront également initiés au jeu des percussions telles que le tam tam, le tambour, le balafon, le djembé….

 

II. OBJECTIFS GENERAUX ET SPECIFIQUES

L’objectif général ici est  ludique; en effet, les apprenants pour la grande majorité sont des enfants et doivent d’abord s’amuser avant toute chose. Les objectifs spécifiques sont :

  • Culturel : initier aux danses et percussions traditionnelles, faire connaitre aux apprenants leurs coutumes et partager la culture camerounaise avec les autres peuples et de vivre de notre passion.
  • Artistique : détecter des talents et d’en faire des professionnels aguerris qui peuvent vivre de ce talent et en faire des métiers à part entière.        

 

II.   ORGANISATION DU TRAVAIL

 

1.      Le contenu

La formation est axée sur deux domaines :

 

a.      La danse 

Les apprenants acquièrent des formations théoriques et pratiques. Elles sont proposées sous la forme de cours d’une heure chacune et cela deux fois par semaine (mercredi et samedi).

-        Formation théorique : ici, les enfants apprennent l’histoire de la danse en général et nos danses traditionnelles en particulier, la reconnaissance d’un temps rythmique et son adaptation en mouvement gestuel. L’occupation scénique, la création et l’expression chorégraphique font également partie du cursus.

-        Formation pratique : ici, c’est la danse proprement dite. Les enfants apprennent les pas de base d’une danse précise, comment se l’approprier et la restituer. Ici, le travail corporel est associé sous la forme d’exercices d’étirements et d’assouplissement pour un meilleur rendement artistique.

La formation est divisée en cursus au terme duquel, l’apprenant reçoit une attestation qui  prouve sa participation à la formation mais aussi atteste de son niveau. Chaque cursus ou niveau dure 2 mois et est répartit comme suit :

-        Niveau 1 : l’apprenant doit connaitre l’histoire de la danse, l’occupation scénique, reconnaitre un temps et l’adapter à une gestuelle. Il doit également identifier et assimiler les différents exercices physiques nécessaires avant une séance artistique.

-        Niveau 2 : ici, on initie aux pas de base d’une ou deux danses traditionnelles précises (Djang à l’Ouest et bafia au Centre), leur l’histoire (origine et caractéristiques) et l’apprenant assimile aussi les chorégraphies résultant de ces pas de danse. Le choix de ces danses résulte d’un constat simple : leur rythmique est basique.

-        Niveau 3 : à ce niveau, les apprenants après quatre mois de formation sont plus aguerris. On leur apprend des danses plus complexes telles que le Makounè (Littoral) et le Gourna (Nord) avec les mêmes objectifs que dans les cursus précédents.

-        Niveau 4 : l’accent est porté sur la création et l’esprit de créativité de chacun. Avec les connaissances déjà acquises, les enfants vont apprendre à créer eux-mêmes des chorégraphies.

 

b.     La percussion 

Les formations dans ce domaine sont plus pratiques que théoriques. La théorie est basée sur la connaissance des différents instruments de percussion, leur rôle et importance dans l’apprentissage d’un rythme. La pratique est le pilier de cette formation et est aussi subdivisée en cursus ou niveaux

-        Niveau 1 : les élèves découvrent et apprennent à reconnaitre chaque instrument, sa place dans un orchestre et son importance dans un rythme. Ils apprennent également à reconnaitre et reproduire un temps rythmique, à reproduire les sons, à accroitre la dextérité de leurs deux mains.

-        Niveau 2 : ils commencent à apprendre les rythmes proprement dits. A ce niveau de l’enseignement, le Djang (Ouest) et le Makounè (Littoral) sont les rythmes basiques faciles à maitriser pour le novice.

-        Niveau 3 : à ce niveau, on apprend des rythmes plus complexes comme le Bikutsi (Centre) qui demande une plus grande dextérité dans les bras et le Gourna (Nord) qui s'apprend à jouer avec deux instruments en même temps.

-        Niveau 4 : ici, les chorégraphies entrent en jeu ; les apprenants adaptent la musique de la percussion à une chorégraphie de danse au choix.

 

Chronogramme

 

PERIODE

 

DANSE

PERCUSSION

 

 Septembre - Octobre 2015

Histoire de la danse

Occupation scénique

Exercices physiques

Reconnaissance rythmique et adaptation gestuelle

Découverte et reconnaissance des instruments

Reconnaissance et reproduction d’un temps rythmique et d’un son

Dextérité des deux mains

 

Novembre - Décembre 2015

Djang : région de  l’Ouest

Bafia : région du Centre

Histoire des danses (origine et caractéristiques)

Djang : région de  l’Ouest

Makounè : région du Littoral

 

Janvier – Février 2016

Makounè : région du Littoral

Gourna : région du Nord

Bikutsi : région du Centre

Gourna : région du Nord

 

Mars  - Avril 2016

Notions de création et de créativité

Création et Développement

Création et Développement

Accord rythmique/gestuelle

 

 2.      La cible

Les élèves (primaire et secondaire) et les étudiants sont notre cible de Yassa et ses environs. Pour ce faire, pas besoin de publicité, le site est quasi vierge d’infrastructure proposant ce genre d’activités et dès lors, le bouche à oreille marche très bien.

 

3.      Les intervenants

Un encadreur, EKESSI NGANDO BLACK Laurence, artiste avec 13 ans d’expérience professionnelle en danses (urbaine, traditionnelle, classique, contemporaine) et en percussion (tam tam, djembé, tambour, maracas et castagnettes). Artiste interprète durant près de sept ans, elle se consacre actuellement à l’encadrement des jeunes et des moins jeunes aussi bien en danse qu’en percussion.

 

 4.      Les tarifs

La somme de 10 000F CFA (dix mille francs) pour participer aux cours de danse et de percussions. Des tarifs forfaitaires sont prévus pour les familles nombreuses qui souhaitent bénéficier des équipements et programmes mise en place par le Complexe.

 

 IV.            SPECTACLES

Plus des restitutions que toute autre chose, les spectacles sont programmés selon des vacances scolaires. Les apprenants déroulent devant le staff technique, des invités et leurs proches tout ce qu’ils auront appris. Ils reçoivent donc solennellement leurs attestions. Elles sonnent la fin du cursus et le passage au niveau supérieur.

JoomShaper